Quel est le meilleur bois de chauffage ?

Le chauffage à bois reste indémodable. C’est en effet un chauffage modique, efficace, et malgré ce que l’on pourrait croire, plus écologique que les autres systèmes disponibles sur le marché. Mais encore faut-il choisir le meilleur bois de chauffage entre toutes les alternatives disponibles sur le marché de nos jours.

Pour être sûr de faire le bon choix, car il en va tout de même du confort de la maison, voici un guide qui pourrait vous être utile.

Quelques mots sur le chauffage à bois

Le chauffage à bois est très populaire en France, 8 millions d’utilisateurs se chauffent eau bois en France.

Les raisons en sont simples. Le bois est pratique et modique. Il est facile à utiliser et propose une distribution homogène de la température. En outre, c’est le moyen de chauffage le plus modique disponible sur le marché actuellement. Le prix pour un insert ou cheminée tourne environ autour de 2 000€ tout compris avec l’installation d’un raccordement également.

En outre, le chauffage à bois est écologique. Les bois ne nécessitent pas d’être transformés pour être utilisés. Le système fonctionne dans toutes les pièces de la maison. De quoi optimiser la convivialité des lieux.

Plusieurs essences de bois sont notamment proposées par les experts pour aider les particuliers à se chauffer de manière optimale chez eux. Il ne reste plus qu’à trouver celui qui présente le meilleur rapport qualité-prix.

Indubitablement le bois sec

Pour se chauffer cet hiver, opter pour le bois sec. C’est valable pour vos inserts, vos poêles ou autres systèmes de chauffage à bois. Non seulement c’est très efficace dans le réchauffement des pièces de la maison, mais le bois sec propose aussi une rapidité de chauffage inégalée.

Par ailleurs, le bois sec ne salit pas, contrairement aux accessoires humides ou à moitié secs. Les poudres laissées par celui-ci seront plus faciles à enlever. Dit autrement, en optant pour le bois sec, vous vous facilitez l’entretien de vos appareils de chauffage.

Le bois sec propose un chauffage avec un air doux et sans fumé, contrairement aux bois humides. La réduction de gaz dans votre maison pendant l’utilisation du système de chauffage vous assure une sécurité optimale. L’exposition à ce gaz pendant plusieurs heures et fréquemment peut en effet entrainer des problèmes respiratoires, il faudra faire attention.

  • Comment reconnaître le bois sec ?

Mais encore faut-il savoir reconnaître le bois sec. Pour ce faire, il n’y a rien de tel que de vérifier son taux d’humidité. Un bois est considéré comme sec quand il a un taux de -20 %.

Vous n’avez cependant pas besoin de vous munir d’un appareil pour vérifier ce taux. Outre de palper les bois pour savoir s’ils sont secs ou pas, vous pouvez vous fier à son ancienneté. Les bois qui ont été coupés récemment ne seront pas secs. Ils contiendront un taux d’humidité de 40 à 50 %.

Ce sont des « bois verts » comme se plaisent à le dire les professionnels. Après environ 8 mois de coupe, le bois est considéré comme « demi-sec ». Son taux d’humidité sera alors de 40 % environ. Il faudra attendre les 1 à 3 ans après la coupe pour avoir un bois sec de 15 à 25 % de taux d’humidité. Ces derniers sont les plus efficaces pour le chauffage.

Toutefois, il importe de dire que le temps de séchage peut augmenter ou réduire selon le type de bois proposé. Les chênes et les ormes par exemple, ainsi que pour les arbres de grandes tailles, le délai de séchage est plus important par rapport aux tilleuls ou autres bois à feuilles tendres.

Par conséquent, demander conseil auprès de votre revendeur peut s’avérer important. Quelques plateformes dédiées vous proposent du bois sec pour vous chauffer pour une somme modique. Ou le cas échéant, vous pouvez investir dans un appareil de test d’humidité pour un prix compris entre 40 et 300 euros.

L’aspect des rondins de bois peut également vous indiquer leur taux d’humidité. Les bois secs sont généralement fendus. Si vous les utiliser pour taper sur une surface dure, non seulement ils craquent, mais ils font un bruit spécifique.

  • Couper son bois soi-même : comment le sécher ?

Si vous coupez votre bois vous-même, sachez que les conditions d’entreposage peuvent impacter sur les délais de séchage de ces derniers. Il vous faudra entre autre un endroit parfaitement aéré. En outre, il importe de couvrir le bois d’une bâche.

La coupe de vos lames de bios est d’une importance capitale afin d’en optimiser l’efficacité pendant le chauffage. Plus les lames sont petites, moins elles mettront de temps à sécher. Optez donc pour une coupe de 50 cm de longueur, que vous allez fendre au milieu avec une hache.

En général, on conseille aux particuliers d’utiliser tout le bois exposé en extérieur au printemps au maximum. Cela évitera l’apparition des insectes dans les rondins. C’est le cas notamment si vous constatez des trous dans le bois ou que ce dernier est plus léger qu’il n’y parait.

Le meilleur bois de chauffage : focus sur les essences

Choisir le meilleur bois de chauffage ne prend pas uniquement en compte son niveau d’humidité. Il faut aussi trouver la bonne essence. Pour un chauffage rapide et de qualité chez soi, c’est une démarche obligatoire. Cela impacte notamment sur la performance du système de chauffage et la facilité d’entretien de l’appareil.

  • Le bois dur : une meilleure option

Entre le bois tendre et le bois dur, les particuliers ont fait leur choix. La première alternative est plus efficace dans le chauffage à la maison. Non seulement il propose une chaleur optimale et une diffusion homogène, mais il dure plus longtemps dans l’appareil de chauffage. Ce qui réduit davantage les dépenses pour le chauffage.

Encore faut-il savoir reconnaître ce qu’est un bois dur. Ce sont les rondins obtenus des arbres à feuilles dures pour être précis. Tel est le cas par exemple des chênes, des ormes, des châtaigniers, des hêtres, etc. Les arbres fruitiers n’en font pas totalement partie. Ces derniers sont classés dans la catégorie de bois mi-durs. Ils proposent également un chauffage plus ou moins efficace.

Le pin, le sapin, les épicéas et arbres de ce type sont considérés comme des bois résineux. Ils sont plus tendres et ne proposent donc pas la même qualité de chauffage. Il en est de même pour les saules ; les tilleuls, les bouleaux et l’érable, etc.

  • Les bois tendres ne sont pas inutiles pour autant

Attention toutefois, dire que les bois tendres sont inutiles dans vos systèmes de chauffage ne serait pas exact. En effet, ces derniers sont très efficaces pour accélérer le chauffage. Ils servent généralement pour faire partir un feu. Ce qui vous facilite la mise en route de votre système de chauffage.

  • À taux d’humidité équivalent, une flamme différente

La question d’esthétisme s’impose, vous serez également tenté de choisir votre bois de chauffage selon la qualité de la flamme. Le taux d’humidité n’a aucun impact ici. Sachez entre autres que les arbres fruitiers proposent des flammes d’une forme assez atypique. Ce qui séduit moult personnes. Cependant, les arbres durs sont plus efficaces pour ceux qui ont envie d’une braise ardente dans leur cheminée.

La qualité de la flamme de l’essence de bois dépend de sa performance calorifique. Ceux qui proposent un chauffage optimal sont les chênes, les hêtres et l’érable. Les arbres fruitiers n’arrivent qu’en seconde position. Enfin, vous avez les bois tendres.

  • Le conseil des experts

Les experts ont leur avis tranché sur les meilleurs bois de chauffage à utiliser chez soi pour un confort optimal. Le chêne fait partie des stars en la matière. Ce bois dur propose une flamme esthétique. Il brule lentement et diffuse peu de fumée.

Il n’est pas résineux, ce qui facilite le nettoyage et l’entretien des appareils. Et il propose une diffusion efficace, homogène et permanente de la température dans toute la pièce. Les chênes ne coûtent pas cher sur les plateformes dédiées et s’adaptent à tous les appareils de chauffage à bois. Pour une ambiance cocooning chez vous, c’est un must.

Cependant, le chêne n’est pas la seule option. Vous pouvez également utiliser l’hêtre, le frêne, l’érable et l’orme. Il en sera de même pour les arbres fruitiers, en tout dernier recours, et le bouleau.

Ces derniers ne brulent certes pas aussi longtemps que le chêne mais ils restent d’excellentes alternatives afin de se chauffer facilement, rapidement et à petit prix cet hiver. Ils s’utilisent également avec n’importe quel système de chauffage et ne présentent pas de risques pour la santé. Ils ne projettent que très peu de fumée.

Vous allez les utiliser sous forme de rondin, de préférence de 50 cm de longueur. Ainsi, le délai de chauffe sera réduit. En outre, ils seront plus faciles à déplacer et à entreposer. Mais dans tous les cas, optez pour du bois issu d’une production locale. C’est, en plus d’être un gage de qualité, un moyen de booster l’économie de votre région. Par ailleurs, vous vous assurez ainsi du respect des normes écologiques pendant la découpe et le traitement des rondins de bois.

Un conseil toutefois pour un chauffage optimal chez vous, que vous optiez pour un chauffage à bois ou un autre système, et peu importe l’essence et le type de bois utiliser, la performance de votre appareil dépendra essentiellement de la qualité de l’air ambiant.

Malgré les conditions climatiques en extérieur et la température, vous devez donc toujours ouvrir les fenêtres pendant quelques minutes par jour pour renouveler l’air. Contrairement aux idées reçues, ce n’est pas une cause de déperdition de chaleur.

Chauffage à bois : quelques bois à bannir

Si certains bois sont conseillés pour un chauffage optimal dans votre pièce à vivre et un confort unique dans votre maison, d’autres sont à bannir :

  • Les bois pour les cheminées fermées

Il y a des bois qui sont spécifiques aux cheminées fermées, et ce, pour des raisons de sécurité. Tel est le cas par exemple du châtaignier et du robinier. Et pour cause, ces derniers ont tendance à s’éparpiller pendant la période de chauffe. Non seulement cela a un effet sonore pour le moins désagréable, mais cela entraîne aussi des projections de braises qui peuvent s’avérer être dangereuses.

  • Les bois résineux

Les bois résineux sont ceux qui laissent beaucoup de poudre dans le foyer pendant la période chauffe. Ils encrassent rapidement le système de chauffage et rendent un peu plus difficile son entretien.

En outre, les bois résineux diffusent généralement beaucoup de gaz pendant la période de chauffe. Ce qui est loin d’être confortable. En plus, une grande diffusion de CO2 dans la pièce, surtout de petite taille, peut impacter sur la santé de votre système respiratoire.

  • Le peuplier d’Italie

Pour un chauffage rapide et efficace, le peuplier d’Italie est à éviter absolument. C’est un type de bois qui, à l’instar du platane et du tilleul, met du temps à s’allumer. En outre, sa performance calorifique est moindre. Il ne diffuse pas énormément de chaleur. Ils sont plus efficaces pour faire partir un feu.

  • Le bois industriel

À bannir également les bois traités dans les entreprises spécialisées. Tel est le cas entre autre des bois avec des motifs et des couleurs, des palettes, etc. Non seulement c’est loin d’être écologique, mais c’est aussi dangereux pour votre santé. Ces bois diffusent en effet des gaz toxiques. Sans compter qu’ils sont très résineux ce qui pourrait avoir des effets négatifs sur la performance de votre appareil de chauffage.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s