Comment faire un ragréage ?

Le ragréage est une opération recommandée lorsque le sol présente des irrégularités. Il consiste à égaliser, à aplanir ou à lisser un sol avant la pose d’un nouveau revêtement. En effet, lorsqu’un sol n’est pas tout à fait horizontal et qu’il présente des bosses, des creux, des aspérités, la mise à niveau est nécessaire.

Pour réaliser la pose d’un parquet ou d’un revêtement dans les meilleures conditions, il faut éliminer les défauts et les différences de niveau du sol.

Si les défauts de planéité du sol sont localisés, il n’est pas nécessaire de procéder à un ragréage. Dans ce cas, il suffit simplement de boucher les trous avec du ciment ou un mortier colle. Cependant, si ces défauts s’étendent sur de grandes surfaces, alors, un ragréage s’impose.

En quoi consiste un ragréage ?

Que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur d’une maison, le ragréage permet de préparer le sol. Il débarrasse le sol de tous ses défauts et ses irrégularités. Il permet également de combler les creux et aplanir les bosses du support.

La technique du ragréage est adaptée à presque tous les types de supports rigides, tels que : le béton, le ciment ou les dalles plastiques rigides. Elle s’accommode également avec les parquets à lames clouées ou collées, les sols peints et le carrelage. Par contre, il n’est pas possible de réaliser un ragréage sur une moquette ou un parquet flottant. Tout comme il est formellement déconseillé sur les sols trop humides.

Largement utilisé dans les travaux de construction ou de rénovation, le ragréage se réalise en respectant certaines étapes.

  • Comment réaliser un ragréage ?

Le ragréage consiste à lisser différentes surfaces, comme le plancher, une dalle, une chape, etc. L’objectif de l’opération est de rendre la surface la plus égale possible.

En fonction des aspérités à supprimer, des défauts à combler et surtout en fonction de la nature du support à traiter, Il existe différents types de ragréage :

  • Pour des surfaces de support qui présentent des défauts inférieurs à 2 centimètres, le ragréage classique en béton, communément appelé ragréage liquide ou auto-lissant est utilisé. Ce dernier convient le mieux à une vieille chape de béton, ainsi qu’un carrelage en mauvais état ou un parquet abîmé. Le ragréage auto-lissant peut être utilisé aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Sachez que pour un ragréage intérieur ou un ragréage extérieur, les produits utilisés sont différents. Pour un ragréage extérieur, il est nécessaire d’utiliser des planches de coffrage pour contenir le produit de ragréage lors de la phase de séchage.
  • Pour des défauts supérieurs à 2 centimètres, c’est le ragréage auto-nivelant qui est utilisé. C’est en mélangeant un primaire d’adhérence et un mortier de ragréage fibré que le mortier de nivellement est obtenu. Celui-ci contient des fibres dans sa texture. Il peut être également utilisé sur des sols déformables comme les parquets flottants.
  • Pour combler des trous supérieurs à 4 centimètres, c’est la chape de ragréage qui est recommandée.

Actuellement, des ragréages universels ou spécialement conçus pour des supports en bois ou poreux sont disponibles sur le marché.

Des versions rapides sont également proposées. Ces dernières permettent de recouvrir rapidement le support. En effet, elles ne nécessitent pas d’un long temps de pose car elles ont la particularité de sécher très vite tout en s’auto-lissant facilement.

  • Les différentes caractéristiques d’un sol à ragréer

Le ragréage doit permettre à l’enduit de lissage de s’accrocher correctement sur le support. Pour cela, il doit être réalisé sur un sol dur, sain, sec, propre et poreux. Ce sol ne doit également pas présenter des effritements ni de risques d’écroulement.

Il est mentionné plus haut que la technique de ragréage peut être adaptée à presque tous les types de supports rigides.

Pour le cas d’un type de sol souple comme une moquette ou un parquet flottant, il est indispensable de retirer d’abord le revêtement. Cette opération va permettre le nettoyage des espaces entre les lames de parquet, ou même de sceller les carreaux du carrelage.

Pour un parquet, les problèmes de pourrissement dans le long terme peuvent être évités s’il est bien ventilé avant l’application d’un enduit de ragréage. Les écarts entre les lames doivent être comblés avec de la pâte à bois. Pour retirer le vernis en surface, il faut procéder au décapage.

Sachez que pour obtenir une excellente adhérence, la surface du support, quelle qu’elle soit, doit être méticuleusement nettoyée et débarrassée des écailles de peinture, des résidus de colle, des particules de bois et de tout élément qui pourrait compromettre l’adhérence.

Quant aux produits utilisés pour le ragréage, ils sont classés en trois catégories :

  • Les enduits de lissage composés d’un primaire d’adhérence et d’un produit en poudre à délayer.
  • Un mélange d’eau, de résine liquide et d’une poudre regroupe la deuxième catégorie. Cette matière appelée « matière bi-composante » permet également de faire aplanir une surface.
  • En ce qui concerne les « produits mono-composants », ils se composent d’une simple poudre à délayer avec de l’eau.

En général, pour cacher tout défaut de planéité, une épaisseur de 5 à 10 millimètres d’une matière de lissage est utilisée pour recouvrir les surfaces. Habituellement, c’est l’enduit de finition qui est utilisé pour cette fin. Il s’agit d’un mélange de ciment et d’eau. Pour permettre à ce mélange de rattraper toutes les imperfections et combler tous les défauts, il faudra prévoir une égalisation des niveaux.

Les différentes étapes pour réussir un ragréage

La préparation du support constitue la première chose à faire pour réaliser un ragréage correct.

– Étape 1 : Vérifier l’humidité du sol

Pour ce faire, un carré de plastique souple transparent est collé au sol. Au bout de plusieurs heures, des gouttelettes de condensations apparaîtront entre le plastique et le sol. Ce procédé permet de révéler que le sol est humide.

– Étape 2 : Déterminer le niveau de porosité du sol

Pour réaliser le diagnostic, il faut faire couler de l’eau sur le sol :

  • Si l’eau disparaît entre 1 et 10 minutes, le sol est dit normalement poreux ;
  • Si le temps d’absorption est inférieur à 1 minute, le sol est trop poreux ou « ouvert » ;
  • Si l’eau est absorbée après 10 minutes, le sol est non poreux ou « fermé » ;

Cette deuxième étape permettra de déterminer le produit à utiliser pour le ragréage afin de faciliter l’adhérence de l’enduit.

– Étape 3 : Obstruer les ouvertures sur le support

Avant de boucher les fissures observées sur le support avec un mortier colle, il faut y faire des ouvertures en « V ».

En tenant compte de la surface à recouvrir, il faut préparer le ragréage en mélangeant les différents éléments. Pour obtenir un mélange parfaitement homogène, il est conseillé d’utiliser une mélangeuse électrique.

– Étape 4 : Poser un primaire d’adhérence

Lorsque le sol est propre, sec et ne présente plus aucunes inégalités, il est temps d’appliquer le primaire d’adhérence. Ce liquide permet au mortier de ragréage ainsi que le revêtement d’adhérer à la surface. Il peut être étalé avec un rouleau ou un pinceau brosse car il s’applique comme une sous couche de peinture.

Pour cela, il faut que le bas des murs soit protégé avec un ruban adhésif.

Pour faciliter la sortie après la pose du primaire d’adhérence, Il est conseillé de commencer du côté opposé à la porte.

Une fois la pose du primaire réalisée, il faut laisser sécher en suivant les indications sur l’emballage.

– Étape 5 : Préparer le mortier de ragréage fibré

Deux types de mortiers de ragréage sont en vente sur le marché. Le mortier auto-lissant et le mortier de nivellement. Ces deux types de mortiers sont présentés sous forme de poudre à gâcher dans de l’eau. Pour définir la quantité de mortier de ragréage à préparer, il faut déterminer la surface à couvrir. Pour trouver cette quantité, il faut tenir compte de l’épaisseur des couches.

Pour un mortier auto-lissant, l’épaisseur est de quelques millimètres, tandis qu’elle est de l’ordre de un centimètre pour un mortier de nivellement.

Les proportions d’eau et de poudre indiquées sur l’emballage doivent être respectées scrupuleusement.

Pour obtenir un mélange parfaitement homogène, fluide, mais pas trop liquide, le mieux serait d’utiliser un malaxeur électrique ou une perceuse équipée d’un fouet-mélangeur. La vitesse de malaxage doit être lente.

Une fois que l’homogénéité et la consistance du mortier obtenues, il faut laisser reposer 2 minutes.

– Étape 6 : Verser le mortier de ragréage sur le sol

Lorsque le mélange est prêt, il faut le répandre sur le sol, en commençant toujours du côté opposé de la porte.

Selon le type de mortier de ragréage, la technique d’étalage est différente.

Cas 1 : Un mortier de ragréage auto-lissant

Ce type de mortier de ragréage se caractérise par le fait qu’il s’étale de lui-même. Ainsi, avec un mortier de ragréage auto-lissant, il est possible de réussir facilement le ragréage d’un sol. Sa préparation est identique à celle du mortier de nivellement. Quant à son application, elle est beaucoup plus facile.

Une fois versé, le mortier auto-lissant doit être :

– Réparti sur toute la surface avec une taloche lisseuse. Si la partie à ragréer est correctement fluidifiée, la pâte s’étale facilement ;

– Étalé convenablement par des mouvements verticaux, de gauche à droite puis de droite à gauche. L’objectif est d’obtenir une fine couche de 3 mm d’épaisseur ;

– Séché pendant environ une demi-journée. Pendant ce temps, le mortier ne doit pas être exposé aux courants d’air ni à la chaleur ;

– Revêtu après seulement 3 jours.

Il se peut que la surface présente de légères irrégularités après le séchage. Si tel est le cas, il faut poncer le sol. Face à d’importantes inégalités, il faut alors procéder à la pose d’une seconde couche de mortier de ragréage.

Cas 2 : Un mortier de nivellement

L’application de ce type de mortier est identique à celle du mortier auto-lissant. Il est spécifiquement utilisé sur un sol qui présente des défauts de planéité ou des trous importants.

Une fois versé, le mortier de nivellement doit être :

– étalé pour obtenir une couche de 1 centimètre. Pour ce faire, le mortier doit être tiré avec une règle en fer en faisant des mouvements de droite à gauche et de gauche à droite ;

– Lissé avec une truelle lisseuse et laissé sécher ;

– Revêtu après 3 jours.

Contrairement au mortier auto-lissant, le mortier de nivellement ne s’étale pas aussi facilement. Ainsi, la pose d’une deuxième couche est conseillée pour un sol qui présente des défauts trop importants.

Comment poser une deuxième couche de mortier de nivellement ?

Au cas où il est nécessaire de procéder à la pose d’une deuxième couche de mortier de nivellement, il faut d’abord lisser la première couche. Puis, avant de poser la seconde couche, laissez sécher pendant 3 heures.

La procédure d’application s’effectue de la manière suivante :

  • Premièrement, il faut préparer puis verser la seconde couche de mortier de nivellement ;
  • Puis, répartir le mortier en une couche de 1 cm environ sur toute la surface, en utilisant une règle en fer. L’épaisseur des deux couches superposées ne doit en aucun cas dépasser 3 centimètres.
  • Avec une truelle lisseuse, lissez soigneusement et laissez sécher ;
  • La pose d’un revêtement peut être réalisée après seulement 3 jours.

Au même titre que le terrassement et la pose de chape, le ragréage du sol figure parmi les travaux à réaliser avant le revêtement du sol. Pour le faire suivant les règles de l’art, il faut :

  • Supprimer les défauts friables et également enlever les poussières et tout autre dépôt qui s’accumulent sur le sol. Si possible, il est nécessaire d’y passer un coup d’aspirateur ou d’éponge ;
  • Généralement, le ragréage met 20 minutes pour sécher. Pour la pose, il est indispensable de disposer d’une large quantité de produit car l’application doit se faire en une seule fois.
  • Pour une bonne réalisation des travaux, et comme tout travail sur le sol, il faut tenir compte de la température ambiante.
  • Pour permettre au produit de ragréage de pénétrer efficacement dans les fissures et les défauts importants, il faut bien les nettoyer.
  • Et surtout, il faut faire attention au temps de séchage conseillé par le fournisseur du produit.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s