Qu’est-ce que le parquet à l’anglaise ?

Un parquet constitue un investissement durable. Il a, en effet, une excellente longévité. Outre sa durabilité, il offre à une pièce un aspect chaleureux, grâce à son élégance naturelle. Par ailleurs, il a des qualités isolantes et acoustiques remarquables. Vous pouvez le poncer ou le rénover, sans oublier qu’il s’agit d’un produit naturel.

Lorsqu’on parle de ce type de revêtement de sol constitué de lames de bois, on entend souvent les mots : « parquet à l’anglaise ». Il s’agit d’un motif de pose du parquet. Il était auparavant destiné aux pièces les moins visibles des demeures bourgeoises. Mais ce temps est révolu. Au XIXème siècle, il est devenu accessible à tous et finit aujourd’hui par revêtir une grande majorité du sol des maisons en France. Cet engouement des ménages pour la pose à l’anglaise peut s’expliquer par les nombreux avantages que celle-ci offre.

Vous trouverez dans cet article tout ce qu’il faut savoir sur le parquet à l’anglaise. Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, il est important de connaître les différents types de parquet, ainsi que les différentes poses possibles.

Comment choisir son parquet ? 

Avant toute chose, il est porté à votre information que le parquet est à proscrire dans la salle de bain ou sur une terrasse en bois. Vous risqueriez, en effet, de noyer le bois en faisant cela. Les matériaux adéquats pour ces endroits sont la mosaïque de carrelage et la pierre naturelle. En revanche, le parquet convient très bien à une maison en bois. Il peut même renforcer l’ambiance chaleureuse de votre demeure, dans une cuisine ou un dressing par exemple.

Il existe, sur le marché, trois types de parquet :

    • Le parquet massif
    • Le parquet contrecollé
    • Le revêtement stratifié
  • Le parquet massif

Il n’est constitué que d’une seule frise de bois. Il est disponible en plusieurs largeurs : 70, 90, 140, ou 180 mm, voire plus. Pouvant être posé cloué ou collé, il s’agit d’un matériau très noble. Cependant, sa pose requiert un certain savoir-faire. S’il est mal posé, il risque de se déformer. Vous pouvez acheter un parquet massif fini en usine, pré-poncé ou brut de rabotage. Vous pouvez aussi choisir des finitions spéciales: cérusé et brut de sciage.

  • Le parquet contrecollé

Il est composé de deux ou trois couches de bois de différentes qualités. Les parquets sur support contreplaqué bouleau 2 plis sont actuellement les plus à la mode. Leur parement de 4,5 mm offre une grande stabilité et permet de poser des lames de bois de 18, 22 ou même 29 cm.

Le parquet contrecollé est toujours proposé huilé ou verni.

Un de ses grands atouts est qu’il se décline en de nombreux aspects, teintes et essences.

  • Le revêtement stratifié

Le revêtement stratifié se distingue des parquets massifs et contrecollés par son parement qui n’est pas en bois. Ce matériau est remplacé par une image de bois imprimé couverte de résine qui la protège.

Le grand avantage du revêtement stratifié est la résistance et la dureté de son parement. On peut également citer son usinage qui permet une pose flottante facile et rapide. De plus, il offre un grand choix de décor et de coloris.

Son inconvénient est qu’il se dégrade facilement avec  le temps. Cette dégradation se manifeste le plus souvent par une jonction des lames. Un renouvellement complet s’impose dans ce cas puisque la rénovation par ponçage est impossible pour le revêtement stratifié. Il est également froid au contact, et en pose flottante, il est très sonore.

Quel que soit votre choix concernant le type de parquet que vous souhaitez utiliser, laissez toujours un petit espace entre ses lames. C’est très important pour que votre revêtement ne se dégrade pas prématurément à cause de la dilatation du bois résultant d’éventuelle présence d’humidité dans la pièce.

Une fois que vous avez fait le choix de votre parquet, vous devez encore choisir son type de pose.

Collée, clouée ou flottante ?

Vous avez le choix entre ces trois types de pose du parquet.

  • La pose clouée

C’est la technique de pose traditionnelle. Elle est surtout utilisée pour poser le parquet contrecollé et le parquet en bois massif (bambou, chêne, érable ou hêtre). Les clous préserveront efficacement l’essence du bois de votre choix. Vous serez ainsi en mesure de conserver le grain et la texture de votre parquet. La pose clouée est également très appréciée pour sa durabilité et sa résistance. Cependant, elle n’est pas compatible à tous les supports, elle est notamment incompatible avec les planchers chauffants.

Si vous voulez opter pour cette pose, assemblez les lames et les pièces de bois scellées, qu’on appelle « lambourdes », de manière à former une perpendiculaire. Puis, clouez au niveau de leur intersection. Il est à noter que les lambourdes doivent, elles-mêmes, être clouées sur solives ou collées perpendiculairement si c’est une dalle de béton. Elles doivent encore être scellées avec une sous-couche isolante. Cette méthode plus ou moins complexe permettra à votre parquet d’être plus résistante et plus durable. Elle offre également une meilleure isolation thermique et phonique sous le parquet.

Il est à noter que la pose clouée demande une grande technique. Ainsi, si vous êtes novice en matière de pose de parquet, il est plus judicieux d’appeler un parqueteur professionnel pour réaliser cette opération.

  • La pose collée ou flottante

C’est la pose idéale pour les planchers ou sols chauffants. Elle est aussi adaptée aux parquets contrecollés et massifs. Elle est moins bruyante que la pose clouée. Toutefois, elle nécessite l’intervention d’un professionnel si la surface à couvrir est relativement grande. De plus, il va falloir prévoir un temps de séchage de la colle de 24 h au minimum.

Pour ce qui est de la technique de pose collée, collez les lames de bois sur une chape fine de ciment, sur des panneaux de contreplaqué ou sur une dalle de béton. Ajoutez une couche de ragréage afin d’assurer la planéité de la surface.

  • La pose flottante

C’est la pose de parquet la plus simple. Elle est la moins exigeante des trois. Elle peut se réaliser, quel que soit le type du support. C’est votre seule option si vous choisissez un revêtement stratifié. Si vous avez un budget serré pour l’aménagement de votre maison, c’est aussi la solution à privilégier. Enfin, elle est la plus facile à mettre en œuvre en cas de rénovation de vieux parquets. Du fait de toutes ces raisons, la pose flottante est la technique la plus répandue.

Comme son nom l’indique, le parquet à pose flottante ne se fixe pas sur le sol. Les lames de bois sont à coller ou à clipser entre elles. Elles sont, après, posées sur une sous-couche isolante de liège ou de mousse.

Grâce à sa facilité de mise en place, la pose flottante est réalisable par les novices.

Vous pouvez accomplir toutes les étapes sans faire du bruit.

La pose flottante présente quand même plusieurs inconvénients. Tout d’abord, en optant pour cette méthode, vous n’aurez pas le choix pour les motifs de votre parquet. Vous serez obligé de réaliser une pose droite. Ensuite, la rénovation d’un parquet flottant est plutôt compliquée. Il va donc falloir acheter un matériau robuste dans un magasin de bricolage spécialisé même si cela peut s’avérer plutôt onéreux. Enfin, le plancher flottant a une faible résistance à l’humidité.

Il n’est pas facile de faire le choix de la pose du parquet. C’est un projet à long terme, alors prenez bien le temps de réfléchir aux avantages et aux inconvénients de chaque pose avant de choisir.

Comme il a été dit ci-dessus, la pose peut influer sur le choix des motifs de pose du parquet. Parmi les motifs les plus prisés, on retrouve le parquet à l’anglaise.

Faire la différence entre le parquet à l’anglaise et les autres motifs de pose du parquet

On peut obtenir différents motifs de parquet selon l’orientation des lames de bois, leur coupe et leur largeur. On peut citer par exemple :

  • Le parquet en échelle : pour obtenir ce motif, il va falloir poser parallèlement des lames courtes, tout en les séparant avec des lames longues installées à angle droit.
  • Le parquet à bâtons rompus : les lames de longueur et de largeur forment, les unes par rapport aux autres, un angle droit. Vous obtiendrez, à la fin, des lames en forme de V.
  • Le parquet en damier : de courtes lames parallèles vont former des panneaux carrés.
  • Le parquet en mosaïque : il s’agit d’un assemblage de petits morceaux de bois qui donne des motifs en mosaïque.
  • Le parquet médiéval : les lames de bois sont coupées rustiquement et sont fixées à l’aide de clous apparents.
  • Le parquet à l’anglaise : motif de parquet le plus répandu, le parquet à l’anglaise repose sur un principe simple. Il suffit de poser les lames, les unes après les autres, d’un angle de la pièce jusqu’au bout du mur opposé. Il présente présente de nombreux avantages.

Pourquoi choisir le parquet à l’anglaise ? 

Le motif de pose à l’anglaise est très simple et ne demande pas l’intervention d’un parqueteur professionnel. Il n’y a aucune découpe à réaliser, sauf pour la dernière lame qui doit être découpée afin de combler l’espace vide près du mur. Vous pouvez récupérer le reste de la lame posée en bout de rangée et le poser sur la rangée suivante. Cela vous permettra de faire une économie sur les lames de bois. Enfin, le parquet à l’anglaise est adapté à tous les types de pose : flottante, collée ou clouée.

Les différents types de parquets à l’anglaise

  • Le parquet à l’anglaise à coupe perdue

Il est composé de rangées parallèles de lames de bois de même largeur. Si vous voulez opter pour cette pose, décalez les joints de bout de chaque lame d’une rangée sur l’autre de manière aléatoire.

Le parquet à l’anglaise à coupe perdue est très économique. Les chutes de bois de la rangée précédente peuvent être utilisées pour remplir les rangées suivantes. De plus, sa pose est plutôt aisée. Cependant, il existe plusieurs règles à respecter selon la pose que vous choisirez.

  • La tolérance des alignements et des longueurs : cas du parquet collé

Le décalage des joints entre 2 rangées successives doit être 2 fois de la largeur d’une lame de bois au minimum.

  • Cas du parquet cloué

Le maintien des lames ne doit pas être uniquement leur emboîtement dans les autres lames qui les entourent. Chacune d’elles doit être fixée sur une lambourde. Quant aux joints de bout de lames, il n’est pas nécessaire de les mettre sur une lambourde. Cependant, pour deux rangées successives, il doit y avoir un décalage de 150 mm au minimum entre les clous.

La pose à l’anglaise en coupe de pierre

Comme pour le parquet à l’anglaise à coupe perdue, les lames du parquet à l’anglaise en coupe de pierre sont aussi posées parallèlement entre elles et doivent être de la même largeur. Toutefois, pour ce type de motif, les joints s’alignent de deux rangées en deux rangées. Les morceaux restants sur une rangée ne peuvent pas être réutilisés pour le remplissage de la rangée suivante. Ce qui occasionne un gaspillage non négligeable.

S’agissant de la tolérance de l’alignement des joints des rangées paires et impaires, elle est au maximum 2 mm.

Pour ce qui est du décalage entre deux rangées, il ne doit pas excéder une demi-longueur d’une lame de bois, avec une tolérance de l’ordre de 5 mm.

  • Le parquet pont de bateau

Il s’agit d’un parquet à l’anglaise à profil d’assemblage particulier qui permet l’utilisation d’un joint de mastic spécial. Grâce aux propriétés de ce dernier, les lames bénéficient d’une étanchéité parfaite. C’est pour cela que le parquet pont de bateau est utilisé en remplacement du carrelage dans les salles de bain afin d’apporter de la chaleur dans cette pièce.

Quelle que soit la pose et le motif choisi, il est capital de préparer votre support avant de commencer la mise en place du revêtement de votre sol.

La préparation de la surface, un préalable à la pose du parquet à l’anglaise

Cette étape consiste à :

  • Nettoyer et à assurer la planéité du support qui va recevoir le parquet.
  • Vérifier l’hygrométrie de la surface. Celle-ci doit être située entre 40 à 60 %.
  • Assurer que l’humidité du support soit inférieure à 2,5 % s’il s’agit d’une dalle en béton, et 16 % si c’est un support en bois.

En plus de cela, vous devez veiller à ce que la température ambiante soit entre 15° et 20° avant la pose du parquet. Il ne vous reste plus qu’à réunir le matériel nécessaire pour vos travaux. Il vous faudra un crayon à papier, un maillet et une scie sauteuse. Vous en aurez besoin en cas de découpe. Vous devez également prévoir une équerre pour la vérification de la planéité du sol à chaque mètre carré.

Une fois ces outils réunis, vous pourrez alors commencer à poser votre parquet à l’anglaise en suivant les étapes indiquées ci-dessus.

Après sa pose, votre revêtement aura besoin d’un entretien régulier pour assurer sa pérennité.

Quelques conseils pour bien entretenir son parquet à l’anglaise

L’entretien du parquet dépend de son type de matériau utilisé.

  • Le bois massif : le plus difficile à entretenir

Pour que le bois massif garde son éclat comme au premier jour, passez régulièrement un balai en microfibre. Cependant, cette action ne permet pas un nettoyage en profondeur. Pour enlever les taches, nettoyez votre parquet avec de l’eau et du savon noir, ou avec de l’eau de cuisson de pommes de terres et une brosse.

Ce type de parquet se raye aussi facilement. La solution à ce problème est le brou de noix. Mettez tout d’abord sur la rayure un tissu en microfibre. Puis, posez votre fer à repasser dessus, en le mettant en mode vapeur. Celui-ci va dégager de la chaleur sous l’effet de laquelle la lame du parquet va gonfler et la rayure sera comblée. Servez-vous après du brou de noix pour redonner de l’éclat à votre parquet.

  • L’entretien d’un parquet vitrifié

Il est très facile d’entretenir le parquet vitrifié. Utilisez tout simplement un aspirateur pour le dépoussiérer. Vous devez renouveler cette opération chaque semaine. Pour un nettoyage en profondeur, passez une serpillière humide. Évitez de détremper votre parquet.

Si vous voyez une tache sur ce revêtement, faites un mélange d’eau et de vinaigre blanc. Versez-en un peu sur la zone tachée et frottez tout doucement.

Outre ce nettoyage régulier, le parquet vitrifié a besoin d’un entretien particulier pour ne pas perdre son efficacité. Vous devez mettre du raviveur spécial une ou deux fois par an.

  • Comment entretenir un parquet ciré ?

Pour le dépoussiérage, un balai microfibre est amplement suffisant. Si la pièce est très utilisée, lustrez votre parquet, au moins une fois par semaine.

Si votre parquet ciré est taché, imprégnez un tissu propre d’huile de lin et frottez la partie qui présente une tâche. Puis, mélangez de la cire blanche et quelques gouttes d’huile de lin. Une fois que c’est fait, badigeonnez votre parquet ciré avec ce mélange.

Il est recommandé de cirer votre parquet ciré tous les 2 ans. Il gardera ainsi toutes ses qualités ainsi que son éclat.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s