Tout savoir sur le chalet en bois habitable sans permis de construire

La construction d’un chalet en bois est de plus en plus prisée pour des raisons esthétiques et écologiques. Toutefois, avant de se lancer dans un tel projet, il existe des règlementations à connaître, des démarches à suivre ainsi que des précautions à prendre. On vous dit tout sur ces points.

Où placer chalet en bois habitable ?

heritage-site-205388_1280

Construire un chalet habitable, même en bois, constitue un projet sur le long terme. De ce fait, son emplacement est alors à choisir avec soin. Tout d’abord, il faut se rapprocher de votre mairie pour savoir si le terrain est constructible ou non.

Par la même occasion, l’on se renseigne aussi si le terrain en question n’est pas soumis à une réglementation d’urbanisme particulière. En effet, il existe de nombreux styles et designs de chalet disponibles mais il faut faire attention à ce que l’apparence du chalet respecte le Plan Local d’Urbanisme. Ce n’est alors qu’après que l’on pourra envisager de lancer les travaux de construction.

Il y a également des facteurs à tenir en compte avant de poser les fondations du chalet. Ainsi, les emplacements près des arbres sont à éviter car les racines peuvent endommager le plancher du chalet au fil du temps. Même les feuilles tombant des arbres peuvent y occasionner des dégâts (comme sur la toiture par exemple). Pour ne pas empiéter sur le terrain d’autrui, un chalet ne devra pas non plus être construit trop près du voisinage. Cela évitera alors d’éventuels litiges à ce propos.

L’idéal pour ce type de bâtisse serait un endroit bien ensoleillé puisqu’il est destiné à l’habitation. De ce fait, l’on pourra y profiter de la chaleur du soleil durant tout l’été, ou même durant les autres saisons. Il devra aussi être placé à distance raisonnable de la maison, ni trop loin, ni trop près pour faciliter les déplacements entre les deux bâtiments.

Quelle essence choisir pour construire un chalet en bois ?

texture-2119287_1280

Tous les éléments d’un chalet (sol, mur, toiture, …) ne sont pas sollicités de la même manière. Ainsi, l’on utilise des essences différentes pour chacun d’eux. Et logiquement, dès qu’on pense à un chalet, l’on pensera au bois comme matériau de construction.

Mais un chalet habitable n’est pas fait que de bois uniquement. Effectivement, l’on utilise aussi d’autres matériaux de construction tels que du béton ou encore de l’acier pour perfectionner son côté esthétique et optimiser sa robustesse. Toutefois, il est à noter que près de 80% est fait à partir du bois.

  • Pour le sol

Généralement, les professionnels conseillent de recourir à un sol fait en béton pour un chalet habitable. Le béton est en effet plus résistant et plus solide. Il fera alors office d’excellente fondation pour un chalet. De même, il présente un avantage face aux infiltrations d’humidité. Il ne suffit donc plus qu’à le recouvrir à l’aide d’un recouvrement de sol (bois massif, faux parquet, …).

Également, l’on peut aussi utiliser de la pierre pour bâtir les fondations d’une maison, surtout dans le cas où le chalet est à bâtir sur un terrain en pente. De ce fait, le risque d’effondrement sera minimiser et le chalet sera plus résistant face aux effets du vent ou encore des inondations.

Et dans le cas où le chalet habitable est doté d’une cheminée, l’on pourra alors se servir des pierres ou encore des briques pour plus de sécurité. Cette partie du chalet ne devra jamais être faite avec du bois au risque qu’il ne se produise un incendie.

  • Pour les murs

Cette partie d’un chalet est celui qui nécessite la plus grande quantité de bois. Et le choix de l’essence de bois à utiliser dépend directement du style et de la couleur de chalet que l’on veuille construire. Ainsi, pour obtenir un chalet clair, l’on utilise souvent des essences telles que le pin par exemple.

En plus de son côté esthétique, c’est aussi un bois léger, ce qui ne risque pas de fragiliser la structure du chalet. De plus, le pin est très économique, côté prix. C’est une matière abordable et disponible dans toutes les régions si bien qu’elle est le premier choix pour la construction des chalets habitables. Quant à la technique de construction, la plus répandue pour le montage des murs est l’empilement.

En ce qui concerne les murs intérieurs, l’on choisit soit le hêtre soit le chêne pour leur petit côté chaleureux et l’aspect cosy qu’ils procurent à la pièce où ils sont installés. Bien que ces bois soient plus onéreux par rapport au pin, ils sont plus résistants et très décoratif.

  • Pour l’ossature

L’ossature d’un chalet devra être assez solide pour pouvoir supporter le poids de la toiture et maintenir les murs. Ainsi, il est nécessaire de choisir des essences de bois plus robuste pour cet élément de construction. Toutefois, il est à noter que le type de bois à utiliser ne se choisit pas au hasard.

En effet, il varie en fonction de la localisation géographique ainsi que le climat de la région où se situe le chalet. Ainsi, pour connaître le bois adapté pour sa région, il faut se référer aux classements mécaniques de la norme NF EN 338 qui régit ce point.

L’épicéa est une essence très robuste, avec un indice C 30 dans ce classement. Toutefois, il résiste mal à l’humidité. De ce fait, il est déconseillé pour les régions à forte humidité ou encore les zones de bord de mer. Le chêne, quant à lui, est classé D35 selon la norme NF EN 338. De ce fait, c’est une essence idéale pour les chalets en hautes montagnes et en province puisqu’il tolère à la fois les intempéries et le froid.

Mais quelle que soit l’essence choisie, il ne faut acheter que les bois portant l’indication CE puisque seuls ces derniers ont reçu l’autorisation d’être commercialisés. Autrement, la résistance des autres types de bois ne sont pas assuré côté résistance et adéquation quant aux conditions climatiques.

Il est aussi nécessaire de traiter périodiquement les bois pour ne pas qu’ils soient attaqués par les termites ou tout autre type d’insecte nuisible au bois.

Qu’en dit la loi à propos d’un chalet habitable ?

house-1353389_1280(15)

Quelle que soit son utilisation, qu’il soit destiné pour être habité ou tout simplement pour y ranger ses outils de jardin, le chalet en bois est considéré comme une extension d’une maison. Autrement dit, cette bâtisse en prolongement est considéré au même titre qu’une piscine, un garage ou encore une véranda. Ainsi, sa construction est alors soumis à quelques règlementations qui sont relatives à l’envergure-même du chalet.

Il est à savoir que pour tout chalet dont la surface n’excède pas les 20 m2, il n’y a nul besoin de demander un permis de construction. A savoir, l’on parle ici de la surface de plancher ou d’emprise au sol. Toutefois, avant de commencer les travaux, il est nécessaire de disposer d’un document appelé « déclaration de travaux ».

Cette dernière peut alors être complétée en ligne sans devoir passer directement au bureau de la mairie. La hauteur du chalet depuis le sol est aussi tenue en compte. En effet, cette hauteur modifie les démarches à suivre surtout dans le cas où l’emprise au sol du chalet est comprise entre 5 m 2 à 20 m2.

Ainsi, pour un chalet dont la hauteur totale depuis le sol est inférieure à 12 mètres, et dont la surface est comprise entre 5 m 2 à 20 m2, il n’y a pas besoin de demander un permis de construire. Au-delà de cette valeur, ce document sera alors nécessaire.

Également, il est à noter que cette limite de 20 m2 peut être repoussée jusqu’à 40 m2 dans certaines communes. Ce cas est plus fréquent dans une zone urbaine couverte par un plan local d’urbanisme (PLU) ou un plan d’occupation des sols (POS).

De même, certaines municipalités ne requièrent pas obligatoirement un permis dans le cas où le terrain comporte déjà un bâtiment quelconque car ceci explique en effet qu’un permis de construire a été préalablement obtenu.

  • Et qu’en est-il de la taxe d’aménagement ?

Dans le cas où la construction d’un chalet en bois habitable nécessite une forme de demande d’autorisation, que ce soit une déclaration préalable de travaux ou permis de construire, alors, il sera concerné par la taxe d’aménagement.

Le montant dépendra de la législation de la région ainsi que des dimensions du chalet en question. Pour connaître le montant exact de la taxe d’aménagement, le propriétaire devra alors se référer auprès de sa mairie.

Comment construire un chalet habitable en bois ?

log-home-2225414_1280

  • Les préalables quant à la construction d’un chalet en bois

Une fois l’emplacement du chalet bien choisit et les matériaux bien déterminés, l’on peut maintenant passer aux travaux proprement dit. Mais avant de poser les fondations, il est important de niveler le sol qui va le recevoir. L’on installe donc des piliers sur lesquels la fondation va reposer. Si besoin est, l’on n’hésite pas non plus à aplanir le sol avec des engins de terrassement ou l’outillage adéquat.

Dans le cas où le chalet est à bâtir sur un terrain en pente, l’on n’hésite pas à compenser la dénivellation par la hauteur des piliers pour avoir un sol bien plat et au niveau. Ces piliers serviront alors de poutres devant soutenir la structure du plancher.

Il est aussi à noter que la détermination de la taille de ces poutres dépend directement des dimensions du chalet lui-même et de son volume. Mais si l’on construit le chalet en bois directement sur le sol, l’on peut alors utiliser des plateaux de bois compressés à la place des poutres.

  • Les fondations

Pour les fondations du chalet, il sera nécessaire d’effectuer un quadrillage de de 3,6 mètres sur la longueur et 2,4 mètres de large. Il faut seulement s’assurer de quadriller dans le sens de la plus grande dimension.

Et pour maintenir tous les éléments de la fondation en place, l’on se sert alors des bandes de métal perforées pour pouvoir y insérer des clous. L’on fixe ensuite les solives aux poutres de soutien. Toutefois, l’on prend soin à les séparer au moyen de cales.

  • Le sol

Une fois les fondations posées, l’on passe maintenant à la constitution du parquet du chalet. Ainsi, il suffit tout simplement de clouer les planches de contreplaqué sur les solives. Également, l’on peut se servir des agrafes en H pour fixer les planches dans le cas où l’assemblage n’est pas trop résistant.

Une fois fixés entre eux, les éléments du parquet forment alors un ensemble qui renforce la structure du chalet. Lors de la composition du sol, l’on n’hésite pas non plus à utiliser une demi-planche pour compenser les espaces entre deux planches pleines.

Il est à noter qu’il se peut que des ajustements soient nécessaires dans le cas où les piliers, les poutres et autres solives ne soient pas parfaitement disposés. Dans ce cas, pour une bonne fixation du plancher aux solives, les professionnels conseillent alors d’utiliser des vis d’à partir de 7,6 cm.

  • La construction des murs

Pour la construction des murs, la première chose à faire est de construire le cadre pour les quatre murs du chalet. Pour ce qui est des murs, il faut également tenir compte des ouvertures telles que les portes ou les fenêtres. Souvent, le mur du fond du chalet ne comporte pas d’ouverture.

Mieux vaut donc commencer par cette partie-là. Elle sera plus simple à réaliser. L’on passe ensuite aux murs de côté et ainsi de suite jusqu’à ce que l’on ait terminé toutes les façades du chalet habitable. Durant le travail, il faut toujours se référer à un plan, celui du chalet, pour éviter toute erreur d’assemblage. Passé cette étape, la plus grande partie du travail sera alors déjà terminée.

Pour une stabilité de l’ensemble formé par les quatre murs, leurs supports doivent être cloués ensemble. Les chevrons doivent aussi être fixés à travers le toit puis séparés au moyen d’une série de cales. Ils doivent absolument dépasser les murs pour que le chalet en bois bénéficie d’une meilleure protection.

  • La toiture

Pour constituer le toit, les contreplaqués doivent alors être cloués sur les chevrons. Il faudra alors tenir compte de la saillie du toit avant de découper ses planches tout en prenant soit qu’elles recouvrent bien toutes les murs du chalet.

Plusieurs matériaux peuvent servir au recouvrement du toit d’un chalet en bois. L’on peut très bien utiliser de la toile goudronnée par exemple. Ce dernier est aussi un bon isolant. Pour le montage donc, l’on commence par la partie basse de l’inclinaison du toit tout en remontant vers la partie haute. Une double couche sera nécessaire pour rendre le toit imperméable face aux intempéries. Ceci évitera aussi que de l’eau ne vienne s’immiscer entre les fentes présentes sur la toiture.

Pour la construction d’un chalet, les fixations doivent être faites minutieusement. En effet, cela contribue largement à la solidité de la bâtisse une fois terminée. De même, cela assure aussi le confort à l’intérieur.

Prix moyen d’un chalet en bois

money-2724248_1280(6)

Construire un chalet en bois est sûrement un bon investissement, et ce, quel que soit sa taille. En effet, il ajoute des pièces supplémentaires à une maison et aussi, il en augmente la valeur. Bien que ce genre de projet nécessite réflexion avant de se lancer, l’on peut dire que le chalet en bois habitable est économique sur le long terme.

Le prix est beaucoup moins cher qu’il y a quelques années si bien que le prix est à la portée de tout budget. Toutefois, il est à noter que ce prix peut varier selon plusieurs critères, le premier étant la surface habitable du chalet. Aussi, l’essence de bois utilisé fait varier ce prix de même que sa qualité (de finition et de robustesse).

Il est possible d’acheter des kits déjà préfabriqués qui sont plus simple à monter et ne demandent pas beaucoup de travail. Ils s’installent en peu de temps. Ainsi, dès moins de 2 000 € à 3 000€, l’on peut se rendre acquéreur d’un chalet en bois qui ne nécessite pas de permis de construire.

A savoir, ce prix peut grimper jusqu’à 7 000 € selon la surface ainsi que le fabricant. Il ne faut donc pas hésiter à comparer les prix pour trouver la meilleure offre concernant les chalets en bois.

De même, si l’on est un peu bricoleur, l’on peut aussi construire soi-même son propre chalet habitable. De ce fait, le coût peut revenir beaucoup moins cher. Toutefois, il faudra compter quelques semaines avant de terminé les travaux. En plus d’être économique, cela constituera aussi une belle expérience que de bâtir soi-même son chalet depuis les fondations jusqu’au toit.

Cependant, pour des mesures de sécurité, l’on n’hésite pas à demander l’avis d’un professionnel lors de la construction des parties sensibles de la bâtisse. Cela concerne surtout la construction des fondations et celui de l’ossature ainsi que les fixations qui tiennent les murs ensemble.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s