Comment varient les taux de crédit immobilier ?

Le recours à un prêt immobilier est une responsabilité et un engagement financier à long terme. Par conséquent, il est important de considérer plusieurs facteurs en vue de trouver la meilleure solution pour acquérir un bien.

Compte tenu du fait qu’il existe aujourd’hui plusieurs banques qui proposent un tel produit financier, il n’est pas toujours facile de choisir. L’on se doit alors d’étudier un certain nombre de critères, le taux immobilier notamment. Tout ce qu’il faut savoir à propos vous est présenté ci-dessous.

Taux immobilier : l’essentiel à savoir !

De nos jours, l’importance des banques dans le financement de certains projets n’est plus à démontrer. Grâce à elles et à d’autres établissements de prêt, des rêves deviennent réalité. Néanmoins, les prêts qu’elles accordent leur permettent de réaliser également des gains. Les bénéfices sont donc collatéraux.

En appliquant un certain pourcentage sur le montant qu’elle accepte de prêter à un client (le taux immobilier) dans le cadre d’un projet immobilier, la banque tire un certain profit pour pouvoir étendre ses activités.

Il est fréquent de trouver des personnes qui décident de traiter systématiquement pour les banques qui présentent les taux les plus bas, ce qui témoigne de la non-maîtrise de ce concept. Le taux de prêt immobilier est une sorte de taux d’intérêt que fixe unilatéralement une banque sur un prêt accordé à un client.

Il est fonction d’un certain nombre de paramètres qui seront développés plus bas et revêt deux aspects essentiels : un taux fixe et un taux variable.

D’après le code de consommation, tous les établissements bancaires sont tenus de préciser la valeur du taux sur l’ensemble de leurs annonces publicitaires de même que sur les contrats de prêt. Ainsi, le client sait exactement ce dans quoi il s’engage avant de signer. De même, il ne doit point excéder le taux d’usure fixé par la banque centrale ; ce dernier constituant le plus haut niveau d’intérêt autorisé par l’État.

Les différents types de taux immobilier

On a déjà évoqué l’existence de deux types de taux immobiliers :

  1. Le taux fixe : comme l’indique son nom, il reste invariable quelle que soit la durée du contrat de prêt. Les conséquences sont donc que les mensualités sont fixées et maintenues sans aucun changement du début jusqu’à la fin de la durée de prêt d’une part. D’autre part, toute possibilité d’augmentation ou de réduction d’un quelconque paramètre du contrat d’assurance est exclue.
  2. Le taux variable : il peut être révisé en fonction d’un certain nombre de facteurs précisés dans le contrat de prêt et du cours des taux du marché. Il faut préciser que cette révision peut se faire dans les deux sens, à la baisse comme à la hausse. Parmi les conséquences lorsque l’on opte pour un crédit à taux immobilier variable est le risque d’augmentation des mensualités.

Il est également possible que la durée de paiement du crédit soit prolongée, ce qui correspond à une augmentation du montant total du crédit. Ainsi, vous comprenez qu’un taux immobilier bas n’est pas forcément synonyme d’une meilleure offre de prêt immobilier. En ce sens, il est impératif de déterminer si ce taux est fixe ou non pour savoir s’il peut à l’avenir, être changé ou non.

Quels sont les paramètres qui influencent sa valeur ?

Le taux immobilier peut varier en fonction de plusieurs facteurs. Il s’agit tout d’abord de la durée de l’emprunt qui correspond à la période qui est accordée au client pour le paiement de son prêt.

Plus la durée est longue, plus la valeur du taux sera importante. De même, le profil de l’emprunteur peut également avoir un impact sur la valeur du taux immobilier.

D’un autre côté, les revenus de l’emprunteur, ses charges et son apport personnel sont pris en compte pour déterminer le niveau de risque que la banque prend en lui accordant un prêt. Le taux d’intérêt sera donc tout logiquement fonction de ce risque. Enfin, il y a le taux de l’obligation assimilable du trésor.

Une variation en fonction de l’évolution du marché financier

La banque centrale européenne est la principale qui fixe le taux directeur applicable sur tous les prêts immobiliers. Et elle se base essentiellement sur l’évolution du marché financier.

Celle-ci demeurant le facteur principal de la variation du taux de l’immobilier. Mais s’y ajoute les taux Euribor mais aussi les obligations assimilables du trésor public.

C’est un engrenage complexe qui influe sur le taux appliqué dans chaque banque. Les banques auprès desquelles les particuliers empruntent de l’argent empruntent elles-mêmes auprès de la banque centrale européenne.

Les banques sont ainsi contraintes de suivre ces facteurs principaux pour appliquer un taux fixe. Elles prennent également en compte le cout de refinancement ( car elles doivent payer l’argent sur les marchés financiers), la prime de risque, la marge de bénéfice et ainsi que les frais de fonctionnement.

Quand la banque directrice change le taux directeur, les autres banques sont obligées de se référencer à ce taux directeur. Mais en même temps, elles doivent aussi prendre en compte leur taux d’intérêt pour ne pas perdre de marge.

Une variation contrôlée par la Banque Centrale Européenne

Même si le marché financier reste la base de la banque centrale européenne, elle reste cependant libre de contrôler l’inflation. Elle peut ainsi faire grimper le taux et freiner la hausse de ceux-ci. Dans le cas contraire, pour favoriser les crédits, elle peut tout simplement relancer les investissements.

Les autres banques peuvent aussi se prêter des fonds entre elles en se basant toujours sur le taux directeur. Mais elles appliquent entre elles aussi une moyenne de taux. C’est un indice connu sous le nom d’Euribor ou Euro Interbank Offered Rate.

Pour fixer les différentes durées et conditions octroyées pour les particuliers, les banques s’accordent en se basant sur 8 échéanciers types. Ceux-ci sont après soumis aux banques les plus actives. Outre le taux indicateur, on prend aussi cet indice qui représentera le marché européen par rapport au marché mondial.

Qu’il soit question de taux fixe ou de taux variable, les deux se basent toujours sur ces calculs. Toutefois la plupart des banques vantent l’intérêt des taux variables.

Elles avancent ainsi que ces taux sont faibles au départ par rapport aux taux fixes. Une information vraie mais les taux variables sont risqués comparés aux taux fixes car ils peuvent augmenter soudainement en fonction du marché financier. Mais l’emprunteur peut toujours négocier pour profiter du meilleur taux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s