Tout savoir sur le sable polymère

Le sable polymère est un produit de haute technologie commercialisé pour la première fois par la société Techniseal en 1998. Depuis, il est très prisé pour l’installation de pavés unis. Découvrez dans cet article tout ce qu’il faut savoir sur ce produit innovant : son utilisation, ses avantages, ses inconvénients, sa technique de pose, etc.

Description du sable polymère

Le sable polymère est un matériau utilisé comme joint de pavés et de dalles sur un sol souple : allées, terrasses, entrées de garage, … Il peut aussi être utilisé pour l’installation des voies à trafic lent (de 30 km/h au maximum) et léger, comme les stationnements, les parcs, les places publiques, les zones piétonnes, … Cependant, il n’est pas adapté pour la construction des voies publiques à trafic lourd, rapide et intense. Il n’est pas également conçu pour les installations continuellement mouillées ou immergées.

Il convient de souligner que le Document Technique Unifié ou DTU, qui prévoit les normes de construction, exige l’installation de joints de 2 mm au minimum entre les pavés. Ce sont, en effet, ces joints de pavés qui garantissent la stabilité et la durabilité de l’ouvrage. En plus, ils offrent de l’esthétisme à ce dernier.

Il existe 4 types de joint de pavé, à savoir :

  • Le mortier : peu cher et facile à utiliser, les joint au mortier manquent, par contre, de souplesse et ont tendance à se dégrader au fil du temps.
  • L’époxy : à l’inverse du mortier, le joint en résine époxy est plus résistant. Cependant, il est très cher et difficile à mettre en place.
  • Le sable classique : peu onéreux et facile à poser, le joint en sable classique crée, toutefois, un environnement propice pour le développement des mauvaises herbes. De plus, il s’érode avec le temps.
  •  le sable polymère : il est composé de grains fins, auxquels s’ajoutent des particules d’additifs qui s’activent au contact de l’eau. Grâce à ce mélange d’additifs, ce sable forme un joint uniforme et durable. Il offre également plusieurs autres avantages non négligeables.

Pourquoi choisir le joint en sable polymère pour son pavé et ses dalles ? 

Le sable polymère étant un agent de liaison très puissant, il offre plusieurs avantages, à savoir :

  • La durabilité des joints

Grâce à ses particules additives, le sable polymère maintient solidement les pavés et les dalles. Il est plus résistant et plus durable qu’un joint classique. Il peut résister à une averse seulement 90 minutes après son application. Il résiste également au vent, au nettoyage, au gel, à l’eau et à l’érosion. Il augmentera ainsi l’espérance de vie de vos installations.

  • Finis les infestations de fourmis et la pousse des mauvaises herbes

Les insectes nuisibles peuvent être à l’origine du vieillissement prématuré des joints de pavés et des dalles. En utilisant du sable polymère, vous éliminerez tout risque de leur invasion. Ce matériau plombe, en effet, le joint, de façon plus homogène que le joint conventionnel. Grâce à cette propriété, il constitue un terrain hostile pour la prolifération des mauvaises herbes.

En plus de sa haute performance de jointoiement, le sable polymère est facile à appliquer. De plus, il existe en plusieurs couleurs. Il compte désormais plus d’une vingtaine de couleurs adaptées aux différents types de pavés. Son seul inconvénient est qu’il est plutôt onéreux.

La technique de pose du sable polymère

Avant de répondre à la question : comment poser le sable polymère ?, quelques informations importantes sur la pose de ce matériau méritent d’être soulignées.

  • La préparation de la pose
  • Il faut utiliser une granulométrie fermée de type 0/6,3 mm ou 0/4 mm pour le lit de pose. Les granulométries ouvertes sont proscrites. Ces dernières peuvent, en effet, créer des joints friables et sans cohésion.
  • La pose collée ou scellée sur chape de béton est également interdite.
  • Pour éviter la stagnation de l’eau, bloquez les rives de l’ouvrage avec une bordure plastique, au lieu d’utiliser une bordure maçonnée.
  • Pour le jointoiement, selon le DTU (Document Technique Unifié), la largeur des joints doit être supérieure ou égale à 2 mm et inférieure ou égale à 2 cm. Pour l’épaisseur des pavés et des dalles, elle doit être au minimum 3,5 cm.
  • La pose du sable polymère se fait par temps sec, sinon le sable humidifié peut ne pas durcir. Vous trouverez au dos du paquet de ce produit les températures minimales et maximales à respecter. Evitez également de réaliser cette opération lorsqu’il y a du vent. Le sable polymère est très volatile.
  • Portez des vêtements de protection pour ne pas tacher vos habits.
  • Achetez le sable polymère approprié et suffisant : une formule de sable polymère convient à un type d’installation précis. Le sable RG+ est par exemple fait pour les installations sur des surfaces peu achalandées et plates, ainsi que les ouvrages résidentiels.
  • Comment calculer la quantité de sable polymère nécessaire pour mes dalles et mes pavés ? 

La quantité du sable polymère dépendra de la taille et de la forme de vos pavés ou de vos dalles. La largeur des joints aura également une influence sur votre consommation de sable polymère. Mais à titre indicatif, 25 kilogrammes de sable polymère peuvent couvrir une surface de 2 à 8 m2 s’il s’agit d’un pavé. Pour les dalles, cette quantité peut être suffisante pour une section de 8 à 20 m2.

  • Les étapes à respecter pour réussir l’application du sable polymère

Pour une installation dans les règles de l’art, 5 opérations doivent être effectuées :

La pose

Pour commencer, étalez uniformément le sable polymère sur la surface. Assurez-vous bien que celle-ci est parfaitement sèche avant l’application de ce produit, sinon il risque de ne pas se coller. Ensuite, remplissez les joints à l’aide d’un balai. Balayez sur de courtes distances pour maintenir l’intégrité du sable polymère. Si la surface est une dalle à parois irrégulières, veillez bien à ce que le sable descende au fond des joints. Pour cela, enfoncez-y une lame.

Certains installateurs de pavés commettent l’erreur d’utiliser du sable classique pour remplir une partie des joints. Or, en faisant cela, le sable polymère risque de se dégrader prématurément.

L’étape du compactage pour avoir un joint solide et durable

Cette étape est cruciale en ce qu’elle permet d’éliminer les vides entre les polymères et les granulats. Ce qui garantit la solidité des joints.

Les sables polymères de bonne qualité sont composés de grains éclatés qui maximisent leur potentiel d’imbrication. Cela facilite considérablement le compactage.

Si la surface à revêtir est un pavé, utilisez une plaque vibrante pour tasser le produit. S’il s’agit d’une dalle, l’outil approprié est le compacteur à rouleaux, ce type d’ouvrage ne peut pas être plaquée. Cette technique de compactage s’appelle « compactage mécanique ». Il est aussi possible de réaliser un compactage manuel, cependant, cette méthode n’offrira pas des résultats aussi performants que le compactage mécanique. Si vous voulez quand même opter pour cette solution, martelez les quatre coins de chaque pavé ou dalle à l’aide d’un maillet en caoutchouc. Le produit se tassera grâce à la vibration créée par cet outil. Quoi qu’il en soit, multipliez les angles de compactage pour que le support soit bien compacté. En d’autres termes, une fois que vous avez fini le compactage sur toute la longueur de la surface, repassez la plaque vibrante, le compacteur à rouleaux ou le maillet en caoutchouc une deuxième fois, mais en largeur.

Pour savoir si le compactage est réussi, mettez un doigt sur le sable polymère que vous venez de mettre en place et appuyez. Le compactage a été bien effectué si votre doigt ne s’enfonce pas dans le sable, sinon vous devez recommencer la pose et le compactage.

Le mouillage

Beaucoup négligent cette étape. Les entrepreneurs confient souvent cette tâche aux employés les moins expérimentés. Or, le mouillage est aussi un facteur crucial de réussite de l’installation des pavés et des dalles. Un mouillage insuffisant peut affecter la durabilité de l’ouvrage.

Avant d’arroser la surface, nettoyez-la afin d’éviter la polymérisation des résidus de sable polymère après l’arrosage. Pour ce faire, utilisez un balai à poil fin. Et pour éliminer les résidus laissés par ce dernier, servez-vous d’un souffleur. Le joint et le bas du chanfrein doivent se trouver au même niveau.

Une fois le nettoyage terminé, vous pouvez passer à l’arrosage. Vous aurez besoin d’un pistolet à pluie pour réaliser cette tâche. Divisez le support en plusieurs segments et travaillez section par section. Chaque section doit avoir une surface de 20 m2 maximum. Si la superficie de la partie à arroser dépasse les 20 m2, l’arrosage prendra trop de temps. Le produit sèchera alors avant la fin du mouillage de la surface et il vous sera impossible de le mouiller de manière adéquate.

Arrosez de bas en haut, deux fois d’affilée, et assurez-vous bien que chaque joint reçoit la plus grande quantité d’eau possible, sans pour autant causer un débordement. Ne passez à la section suivante que lorsque le mouillage de la section est complètement terminé. Vous pouvez cesser l’opération et attaquer la partie suivante lorsque vous constatez la formation d’une fine couche blanchâtre sur les joints. Il y aura forcément de l’eau en surface après l’arrosage de la section, soufflez-la avec un souffleur avant de passer à la prochaine section.

Le séchage

La résistance du sable polymère est assurée par sa bonne cohésion. Pour cela, il doit impérativement être complètement sec avant son exposition à la pluie. Toutefois, il ne craindra plus les averse 90 minutes après sa pose. La durée de séchage minimum est de 24 à 48 heures. Elle sera plus longue par temps humide et froid.

L’application d’une protection

Cette étape a pour but de protéger votre ouvrage contre les salissures et les mousses. La protection doit être appliquée 30 à 60 jours après l’installation des joints. Vous pouvez trouver une protection de sable polymère dans un magasin de bricolage.

Il importe de souligner qu’il faut attendre 24 à 48 heures après la mise en place du joint en sable polymère pour le passage des piétons. En ce qui concerne la circulation des véhicules, elle est interdite durant 5 à 7 jours après la pose. Enfin, si vous voulez nettoyer votre dalle ou votre pavé, le nettoyage doit être très léger durant les 30 premiers jours. Le sable polymère n’atteint, en effet, sa résistance optimale qu’après 1 mois.

La bonne pose des joints en sable polymère ne suffit pas à elle seule à assurer la solidité et la durabilité des pavés. Ces derniers doivent être également bien posés pour obtenir le meilleur résultat.

Poser les pavés dans les règles de l’art : cas des pavés en béton

Il n’est pas rare de voir des terrasses, des entrées de garage ou des allées qui vieillissent de façon prématurée et qui perdent ainsi leur aspect d’origine. Les pavés en béton sont ainsi sujets à de l’efflorescence, de l’érosion, des fissure, etc. Ces soucis sont souvent dus à une mauvaise installation. Pour éviter ces désagréments, il va falloir bien choisir le support du pavé.

  • Un sol souple et non un sol dur pour la surface

Contrairement à ce que de nombreuses personnes pensent, les pavés en béton doivent être posés sur un sol souple. Les fabricants de pavés sont unanimes sur le sujet. Seule l’installation sur un sol souple permet d’obtenir un résultat durable. Dans ce cas, en effet, le pavé pourra respirer. Ce qui évitera l’apparition d’efflorescences, des fissures, … Et cerise sur le gâteau, vous pourrez économiser jusqu’à 25 % par mètre carré, voire plus, si vous choisissez un sol souple pour installer votre pavé en béton.

Par ailleurs, en optant pour cette solution, il vous sera facile d’intervenir si une réparation de vos pavés s’impose.

  • Les différentes étapes de la pose
  • Commencez par délimiter la zone à couvrir. Pour ce faire, vous pouvez utiliser par exemple une peinture en vaporisateur.
  • Excavez la surface sur 40 cm de profondeur si c’est un sol souple normal. Si celui-ci est, par contre, argileux, creusez jusqu’à 55 cm.
  • Tapissez de géotextile feutré le fond et les rebords du support ainsi creusé. Laissez le géotextile dépasser de 30 cm environ de chaque côté.
  • Ajoutez du gravier 0 mm – 20 mm. Pour savoir l’épaisseur du gravier que vous devez étendre, prenez en compte l’épaisseur du lit de pose, ainsi que celle du pavé. Comme il a été dit ci-dessus, l’épaisseur du pavé doit être supérieure ou égale à 3,5 cm. Habituellement, elle est de 7,5 cm, mais elle dépend du niveau du sol. A la fin de la pose, les pavés et le sol existant doivent se trouver au même niveau. Vous pouvez marquer la hauteur de la surface des pavés à la fin de la pose en vous servant d’une ficelle. Il est bon de savoir qu’une pente de 1 ou 2 % est nécessaire pour l’écoulement de l’eau de pluie. Cette pente n’est, toutefois, pas nécessaire pour une petite terrasse. Pour ce qui est de l’épaisseur du lit de pose, elle varie entre 2,5 et 5 cm.
  • Faites le compactage du gravier à l’aide d’une plaque vibrante.
  • Posez le lit de pose. Nivelez bien cette couche pour former une surface plane et uniforme.
  • Le lit de pose installé, vous pouvez poser les pavés. Prenez bien soin de garder un espace de joint entre ces derniers. Grâce à cet espace, la dilatation sera amortie et l’ouvrage sera stabilisé par le joint. Si vous avez besoin de couper les rebords de vos pavés, tracez la ligne de coupe à l’aide d’un crayon à mine. Puis, coupez les pavés avec une scie à béton. Il importe de souligner que ce matériel nécessite un branchement avec une source d’eau. Assurez-vous donc d’en avoir à disposition.
  • Placez la bordure de finition. Elle a pour fonction de maintenir les pavés. En plus, elle permet de délimiter parfaitement l’allée, la terrasse ou les plates-bandes. Privilégiez les bordures plastiques et en polypropylène. Elles sont particulièrement flexibles et obéissent aux mouvements de la surface sans se fissurer. Ce qui n’est pas le cas des bordures maçonnées, comme le solin en béton ou le mortier, qui sont, la plupart du temps, soumises à l’érosion. Résultat : elles se fracturent et se fissurent facilement et deviennent inesthétiques.
  • Pour terminer, posez le sable polymère en suivant les étapes indiquées ci-dessus.

Après leur installation, les pavés et les dalles constitués de joints en sable polymère doivent être entretenus pour leur pérennité.

Comment entretenir les pavés et les dalles ?

Outre la pose d’une protection et le balayage, les dalles et les pavés, ainsi que leurs joints en sable polymère nécessitent un entretien particulier. Il se peut par exemple que des taches de graisse s’y incrustent et nuisent ainsi à l’esthétique de votre aménagement extérieur. Pour les déloger efficacement, appliquez un nettoyant-dégraissant pour sables polymères. Ce produit peut être utilisé pour un entretien régulier. Il nettoie les surfaces en profondeur. Vous devez juste attendre quelques minutes pour qu’il agisse sur le support.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s